Concept & définition économie circulaire

wiithaa formation certifiée datadock
Concept & définition économie circulaire

Wiithaa est référencé Datadock 0

« Les financeurs de la formation professionnelle deviennent garants de la qualité des organismes de formation qu’ils proposent. »

Décret qualité du 30 Juin 2015 

Depuis 4 ans, Wiithaa a formé plus de 300 personnes en France et à l’international aux principes, opportunités et outils de l’économie circulaire grâce à ses formations économie circulaire.

Après plusieurs semaines de combat travail sur le dossier DATADOCK (les formateurs et formatrices comprendront), nous y sommes : Wiithaa, organisme de formation dédié à l’économie circulaire, est référencé DATADOCK.

Le DATADOCK est une base de données créé par les OPCA et OPACIF, qui regroupe les organismes de formation selon leur respect, ou non, de plus de 20 indicateurs qualité organisés selon 6 critères.

 

https://youtu.be/DNStJUljlXE
Vidéo de présentation du DataDock

Concrètement, ça veut dire quoi ?

La formation professionnelle sous l’angle de la qualité

Non pas qu’avant le DATADOCK nos formations économie circulaire ne fussent pas de qualité, mais cette base de données permet aux formés de se faire une idée de la qualité de la formation grâce à des critères clairs et communs à tous les organismes, centralisées entre l’ensemble des OPCA. Pour chacun des 6 critères de qualité, des indicateurs et modes de preuves sont demandés et permettent ainsi une validation transparente et un partage entre toutes les OPCA.

De cette manière, les OPCA souhaitent assurer la qualité et l’identification et la mise en place des objectifs de chaque formation, des dispositifs d’accueil ou encore du suivi pédagogique.

Un organisme référencé, comme c’est le cas de Wiithaa, est donc une preuve que l’ensemble des critères qualité sont respectés pour que vous puissiez vous attacher au thème ou aux compétences proposées, sans avoir peur de choisir la mauvaise formation.

Le DATADOCK suppose également une mise à jour des informations par l’organisme formateur, et donc une mise à jour régulière des contenus, des objectifs et des conditions. Ce qui évite de mauvaises surprises aux formé(e)s.

La demande de financement facilitée

L’ensemble des organismes référencés sur DATADOCK peuvent grâce à ce travail préalable justifier beaucoup plus facilement de la qualité de leurs formations. Ainsi, pour chaque personne souhaitant faire une demande de financement auprès de son OPCA, ce dernier pourra plus facilement accéder au contenu de la formation souhaitée et ainsi valider le financement. La mutualisation des données permet aux OPCA de gagner en temps et en qualité.

Pour rappel les OPCA sont des organismes paritaires collecteurs agréés et les OPACIF des organismes paritaires collecteurs agréés au titre du congé individuel de formation. Les deux interviennent dans le cadre de la formation continue dans le cadre de l’obligation les entreprises de participer au financement de la formation professionnelle continue, pour aider à leur financement.

Vous êtes salarié(e) ou professionnel libéral et souhaitez suivre l’une de nos formations sur l’économie circulaire ?

  1. Sélectionnez la formation et la date de votre choix ou contactez-nous.
  2. Rapprochez-vous de votre OPCA, OPCACIF, de votre service RH ou comptabilité et envoyez leur le programme de formation.
  3. Si le budget et la période correspondent, il n’y a plus qu’à valider votre inscription.

Découvrez nos programmes de formations sur les principes et opportunités de l’économie circulaire sur la page dédiée ou contactez-nous.

Couverture du podcast activer l'économie circulaire.
Concept & définition économie circulaire

Wiithaa lance un tout nouveau podcast sur l’économie circulaire 0

 

Pour continuer à convaincre de plus en plus d’entreprises et dirigeants d’activer l’économie circulaire, nous avons décidé de lancer un tout nouveau podcast audio. En effet, à travers ce format, nous partons à la rencontre d’entrepreneurs, de dirigeants ou de porteurs de projets qui ont appliqué l’économie circulaire dans leur activité afin de lier développement économique, inclusion sociale et régénération des écosystèmes.

Que ce soit des designers, des chimistes, des ingénieurs ou des avocats, chacun et chacune d’entre ont lancé des projets ou créé des entreprisesqui intégrent dès la conception aussi les impacts sur l’environnement.

Certains transforment directement les déchets en ressources grâce au recyclage comme Maïlys Grau avec le projet Circouleur, d’autres augmentent la valeur des ressources en passant par l’économie de fonctionnalité tel que Gérard Bellet avec l’entreprise Jean Bouteille, ou d’autres visent à améliorer l’impact environnemental des entreprises grâce à l’agroforesterie avec le projet Planetic de Benjamin d’Hardemare.

L’intérêt de ce podcast est de permettre aux auditeurs, qu’ils soient professionnels, particuliers ou étudiants, de comprendre qu’avoir un impact positif grâce à une entreprise ou organisation qui est viable économiquement est possible et souhaitable.

 

Au rythme de 2 épisodes par mois, nous vous ferons rencontrer les meilleures initiatives que nous repérons dans le domaine.

Un exemple de Bathô, un voilier transformé en solution d’hébergement.

Pour le premier numéro, c’est Didier Toqué, fondateur de Bathô qui s’est prêté au jeu de l’interview. Avant de fonder Bâtho, Didier a fondé Nouvelle Attitude qui est devenu le service de collecte et valorisatoin des déchets papiers de bureaux : Recy’Go. Un service proposé aujourd’hui par la Poste et le groupe Suez.

Pour revenir à Bathô, ce projet consiste en la valorisation de produits en fin de vie encore oubliés à ce jour : les bateaux de plaisance. Ce projet est un projet très pertinent qui lie tourisme durable, réutilisation et insertion. Pour avoir un ordre d’idée, en 2016, seuls 600 bateaux ont été traités en fin de vie alors que 10 à 20 000 doivent l’être chaque année, cela coûte cher et est réalisé dans des conditions déplorables pour l’environnement.

En repartant des bateaux de plaisance, une ressource abondante dont la fin de vie n’a jamais été considérée à la conception, Didier et son associé Romain les transforment en solution d’habitation atypique pendant 4 à 5 ans pour financer leur démantèlement après cette nouvelle vie.

C’est un premier épisode donc il nous reste plein de façons d’améliorer le contenu et sa forme donc n’hésitez pas à suggérer vos idées et les personnes que vous souhaiteriez entendre. Abonnez-vous via votre appli de podcast favorite et aidez-nous aussi à partager ce podcast sur Linkedin et les réseaux sociaux pour convaincre le plus grand nombre d’activer l’économie circulaire.

Les podcasts Activer l’économie circulaire sont diffusés sur le webzine Activer l’économie circulaire. Si vous connaissez des projets, produits ou services qui permettent de montrer et prouver comment optimiser les ressources, intégrer l’environnement dès la conception ou créer de nouvelles opportunités grâce aux déchets, n’hésitez pas à nous les partager.

TedXCelsa Nicolas Buttin Wiithaa
Concept & définition économie circulaire

Nous reconnecter avec la nature 0

Le 29 septembre, Nicolas était invité par le Celsa pour participer à la 2ème édition de leur TEDx. Il était entouré de 7 personnalités singulières, passionnantes et inspirantes, aux parcours étonnants pour aborder le thème « Basculez dans l’optimisme ».
Il a profité de cette invitation pour parler du Wiithaa, évidemment; une icône de l’optimisme, à la fois créatif et opportun.

Cette approche globale ? c’est le design circulaire, qui nous donne le pouvoir de redessiner, tous ensemble, un nouveau monde où l’homme, l’économie et la nature sont réconciliés.

Le Wiithaa, pour ceux qui ne le connaitrait pas déjà, c’est ce petit oiseau d’Australie qui compte parmi les “10 espèces les plus surprenantes”. Ce qui le différencie ? Au delà de sa polygamie, le Wiithaa est un artiste, un designer et un décorateur d’intérieur. Il n’est pas très beau mais il parvient à séduire ses nombreuses conquêtes en construisant des nids qui lui servent de scène de chant : plus son nid est beau et efficace, plus il est convaincant. Ce qui est incroyable, c’est que depuis quelques années, en se réappropriant les pailles, les plastiques et les bouchons qui ont envahi son environnement, le Wiithaa arrive de mieux en mieux à ses fins. En observant et considérons les déchets qui l’entourent, comme des ressources, il conçoit des nids qui sont plus colorés et originaux. Ces “déchets”, qui d’ailleurs ne l’ont jamais été pour lui, sont sources de nouvelles opportunités pour lui; cela l’oblige à être plus créatif et audacieux, afin d’arriver à ses fins d’eternel séducteur.

 

Nous nous inspirons du Wiithaa pour faire disparaitre la notion de déchets, alors pourquoi ne pas s’inspirer de la nature dans son ensemble pour améliorer encore d’avantage nos produits et services ?

Ce génie de la nature nous inspire et nous pousse à basculer dans l’optimisme pour voir plus grand, plus durable et plus vertueux.
Le Wiithaa innove avec toutes les ressources à sa disposition, et ces ressources étant amenées à se raréfier ou à se modifier, il n’a d’autre choix que de s’adapter au changement.
Si nous transposons sa stratégie à notre économie, cela nous montre le champ d’opportunités qui s’ouvre à nous si nous :

  • Considérons tout ce qui nous entoure comme des ressources.
  • Faisons disparaître la notion de déchets (ultime).
  • Optimisons toutes les ressources locales.

On peut alors entrevoir la possibilité d’un nouveau modèle, un modèle plus durable. Et ce nouveau modèle, cette nouvelle économie existe déjà, elle s’appelle l’économie circulaire !

“Les solutions inspirantes et innovantes sont toutes autour de nous.”

L’économie circulaire c’est ce système qui est basé sur une gestion efficace des ressources, en accord avec les 3,8 milliards d’année de Recherche & Développement de la nature. Les principes de gestion qu’elle suppose vont au delà du recyclage, qui limite aujourd’hui à 30% le tri des déchets, pour aller chercher des solutions plus innovantes et collaboratives.
Aux Philippines, par exemple, une entreprise créée de nouveaux revenus pour les pêcheurs locaux et dépollue la mer en valorisant des filets de pêche en fil de moquette. Et la bonne nouvelle ? C’est que ce produit est de qualité et rentable.


Au Danemark c’est une ville entière (Kalundborg) qui coopère dans la mutualisation et la réutilisation de leurs ressources, comme le font les forêts.

Pour que ces écosystèmes soient résilients, de la même manière que le Wiithaa s’adapte au changement pour ouvrir sur un champs d’opportunités, il faut communiquer, se parler et surtout, penser global et systémique.

 

economie circulaire economie environnement
Concept & définition économie circulaire

Économie circulaire : quelles solutions pour les entreprises ? 0

Tribune initialement publiée dans le magazine de l’économie positive Socialter.

“Va prendre tes leçons dans la nature, c’est là qu’est notre futur.”

Avec plus de 3,4 milliards de tonnes de déchets produits par an il est devenu indispensable de changer notre manière de faire; il ne s’agit plus de moins produire et moins consommer mais de mieux le faire.

La COP 21, les chiffres alarmants de la consommation en ressources naturelles (+ 65% depuis 1980), et l’apparition de nouveaux marchés ont accéléré cette prise de conscience et la course au développement durable de la part des entreprises. Les salariés sont de plus en plus nombreux à chercher la meilleure manière de réduire leur impact sur l’environnement.
Néanmoins, la pensée imposée par la traditionnelle valeur actionnariale est binaire et court-termiste. Il faut aller plus loin que le seul «écologique», qui suppose une action verticale réduisant l’action ciblée à un problème local et ponctuel. Il est essentiel de prendre en compte l’ensemble de l’écosytème dans la prise de décision : l’économie circulaire est la solution pour concilier économie et environnement.

Le problème est que les entreprises ont basées leurs stratégies sur 2 siècles d’un modèle linéaire, avec la logique court-termiste maintenant connue : extraire-fabriquer-jeter. Cette logique a montré ses limites mais elle reste ancrée dans les structures qui ont du mal à s’en détacher.

Inscrire son entreprise dans le schéma de boucle vertueuse proposée par l’économie circulaire nécessite de prendre le problème à la source, et non de multiplier des actions « vertes » sans les inclure à la stratégie globale. L’économie circulaire est créatrice d’emploi, de revenus et d’innovations. Il faut optimiser les flux et intégrer à la création de valeur l’environnement et la société. Il s’agit de penser tout l’écosystème pour créer de nouvelles sources de revenus, de penser global pour agir local.
Si les entreprises avaient toujours intégré à leur démarche de modélisation une approche systémique de long terme, l’urgence actuelle aurait probablement été autre.

La solution de rupture pour concilier économie et environnement est de repenser son business model.

Repenser son business model est un grand saut dans le vide pour les organisations. Bien que le défi semble plus difficile pour les grandes structures qui se confrontent à des conflits d’intérêts et des process de décisions lourds, il n’est pas moindre pour les petites, aux moyens moins importants.
Mais l’espoir n’est pas vain car les succès story sont bien réelles; le film DEMAIN citait la PME Pocheco, alors que Armor, entreprise spécialiste des consommables d’impression, lançait OWA, une offre de cartouches dites remanufacturées. Deux exemples d’entreprises françaises qui ont intégré à leur création de valeur les principes de ce paradigme pour inscrire leurs flux entrants et sortants dans une boucle vertueuse.

Wiithaa, agence de design, a saisit l’ampleur de ce «challenge» en intégrant à son offre de design les piliers et fondement de l’économie circulaire pour permettre aux entreprises de créer des business models vertueux. Sa méthodologie ? Le design thinking et le biomimétisme. Le premier propose de stimuler la créativité et la coopération pour penser global et agir en continue. Le second s’inspire des 3,8 milliards d’années de R&D de la Nature pour innover.

Brieuc Saffré, cofondateur de l’agence Wiithaa et Speaker au FLUPA UX-Days 2016, nous parle de l’éco-conception des business models et des opportunités de l’économie circulaire pour les entreprises.

Comme le disait L. de Vinci « Va prendre tes leçons dans la nature, c’est là qu’est notre futur ». Pour alimenter la créativité et générer des idées, les entreprises peuvent s’inspirer des innovations surprenantes de la Nature : car oui, la nature est une merveilleuse source d’inspiration.

Les biomimicards, par exemple, est un jeu de cartes et de plateau conçu par Wiithaa pour sensibiliser les petits et grands au biomimétisme. Pour les accompagner dans leur démarche de transformation ou d’inspiration, ce jeu, qui les invite à la créativité, peut-être utile.

Pour aller plus loin dans le changement et répondre aux problématiques internes à leur organisation de manière adaptée, le serious game (anglicisme pour faire écho aux dynamique de jeu appliqué à un contexte professionnel) peut être un bon outil stratégique. Pour cela nous avons développé et partagé en Creative Commons une méthodologie et une série d’outils dédié à l’économie circulaire : Circulab.
En repartant de la raison d’être de l’entreprise, et en favorisant l’action directe, grâce à ces outils clairs et à une méthodologie ludique et collaborative, les équipes comprennent l’interdépendance des flux et leurs impacts et co-génèrent des produits et services novateurs et vertueux. Il est ainsi plus facile d’améliorer l’existant pour en tirer des bénéfices économiques, sociaux et environnementaux. Cela suppose un travail prospectif, alliant coopération et créativité. C’est également le principe du design circulaire : anticiper dès la phase de conception des produits les impacts sur les écosystèmes naturels, pour garantir leurs pérennité et leur valeur.

Vous êtes entrepreneur en phase de création ? Et si vous envisagiez d’ores et déjà une croissance durable, en modélisant votre activité à travers le Circulab board ? Vous êtes dirigeant ou chef d’entreprise ? Et si vous formiez vos équipes aux opportunités de l’économie circulaire ? Et si vous optimisiez vos flux d’approvisionnements avec une démarche systémique ?

Il n’est pas trop tard pour devenir un catalyseur de cette nouvelle économie; activez l’économie circulaire.

 

IKEA durabilité
Concept & définition économie circulaire

Rendre la durabilité accessible à tous 0

“Si vous êtes un chef d’entreprise, si vous n’êtes pas encore en train de faire grandir la durabilité au cœur du modèle de votre entreprise, je vous encourage à le faire”. C’est par cette phrase que Steve Howard, directeur du Développement Durable du groupe IKEA, conclut sa conférence TED en juin 2013 :

En prenant pour appui la stratégie de durabilité “people and planet positive” de la compagnie suédoise, il nous prouve que le monde durable de demain, le votre, le notre, est un monde dans lequel la durabilité est abordable par tous: entreprises, collectivité ou citoyen. Concevoir pour l’environnement n’est pas uniquement une préoccupation d’écologiste, mais bien celle de tout entrepreneur qui souhaites vendre des produits ou services économiquement pertinent.

“La durabilité est désormais indispensable dans nos modes de penser”

Il y a quelques années encore la durabilité était considérée comme un bonus pour la plupart, elle est aujourd’hui devenue un devoir. Cette transformation s’explique, entre autres, par la prise de conscience d’une nécessité d’action face à l’augmentation de la population, à l’expansion de la classe moyenne et au phénomène d’urbanisation. Alors qu’à cette même période, nous sommes en train de construire un nouveau modèle pour notre façon de vivre.
Mais comment rassurer les clients et les entreprises soucieux de leur avenir alors qu’il y a encore quelques années la durabilité était pour eux synonyme de compromis ? Et pour cause; le directeur nous rappelle que pour réduire notre consommation d’énergie la solution était les ampoules basse consommation plus lentes à chauffer que les ampoules à incandescence et pour réduire les déchets papiers, les entreprises ont apporté un papier hygiénique recyclé peu confortable… En résumé, des solutions peu convaincantes aussi bien d’un point de vue économie d’énergie que d’un point de vue de l’expérience utilisateur.

Néanmoins, de plus en plus d’entreprises comme IKEA ont compris que l’on pouvait désormais concilier à la fois produit désirable et accessible, expérience utilisateur de qualité et design durable.

“Investir dans la nouveauté et agir sur sa chaîne de valeur.”

 

Steve Howard prend pour exemple la LED. Cette lampe permet de consommer 85% d’électricité en moins que son homologue à incandescence. Sa valeur ajoutée d’un point de vue environnemental n’est donc sur ce point pas négligeable. Mais plus que cet avantage, la LED est aussi plus résistante et plus efficace dans sa fonction première : éclairer. Elle offre une meilleure expérience d’utilisation. Avec une durée de vie supérieure à 20 ans, elle procure un éclairage de meilleure qualité que les lampes halogènes ou fluorescentes. C’est pour ces raisons que IKEA a banni ces deux dernières de tout son assortiment éclairage et de ses équipements. En investissant dans la nouveauté et en agissant sur sa chaîne de valeur, le groupe suédois diminue ses coûts et permet – à ses clients et à ses équipes – d’avoir un meilleur éclairage et un impact sur l’environnement amoindri.

L’approche produit est un premier pas vers la durabilité. La gestion des matières premières en est une autre.
L’orateur nous rassure : il précise que “nous sommes toujours dépendants de la nature, des matières premières“. Il ne s’agit donc pas d’arrêter la production ou l’approvisionnement, mais bien d’en améliorer la qualité et l’exploitation afin de produire d’une manière plus responsable.
L’exemple du coton; un textile de base, “exceptionnel à l’usage mais très impactant à la production“. “En travaillant directement au niveau de l’exploitation agricole vous pouvez diminuer de moitié la consommation d’eau et diviser par deux l’utilisation de produits chimiques”; entrainant ainsi la réduction des coûts d’entrées induits par l’importation de ces mêmes produits chimiques (environ 60% des coûts de fonctionnement) et l’augmentation de la production. Ces deux facteurs sont directement corrélés aux revenus des agriculteurs, qui sont alors améliorés. C’est l’idée de la Better Cotton Initiative qui agit localement et d’un point de vue organisationnel pour garantir un coton produit dans les meilleurs conditions.

Une démarche environnementale créatrice d’opportunités économiques

Une production plus durable c’est aussi l’utilisation des énergies renouvelables. Plus qu’un coût, il faut voir cet investissement comme une opportunité sur le long terme : un panneau solaire est rentable sur 7 ou 8 ans, mais l’énergie qu’il produit est gratuite et inépuisable. En s’équipant en panneaux solaires IKEA tend vers l’auto-suffisance énergétiques, ce qui est un bon point pour le directeur du développement durable et le directeur financier.

“100% est plus facile à atteindre que 90% ou 50%.”

Investir dans la nouveauté, repenser ses produits, penser auto-suffisance énergétique sont autant d’actions stratégiques à objectif 100% qui permettent d’avoir cet impact positif sur le monde auquel nous aspirons. Mais, le noyau dur de cette intervention c’est avant tout la mise en avant de la collaboration; œuvrer aussi bien au niveau des ressources que des partenaires pour garantir une activité responsable. Dans cette dynamique, et toujours pour atteindre un “objectif 100%” certifié, IKEA s’est associé avec des centaines d’organisations pour garantir l’exploitation légale et responsable de plus de 35 millions d’hectare de forêt.
Avoir une supply chain vertueuse et efficace c’est aussi s’assurer qu’elle est correctement contrôlée et qu’elle respecte le droit des enfants et apporte une meilleure qualité de vie.

Fixer une direction claire, dialoguer avec les bons partenaires et mesurer ce qui nous tient à cœur pour mieux le gérer, c’est la clefs d’une durabilité accessible, facile et intéressante. Maintenant, Steve Howard nous prouve qu’il est nécessaire et possible de rendre la durabilité accessible pour tous.

Aperçu du livre Activer l'économie circulaire
Concept & définition économie circulaire

Activer l’économie circulaire sur KissKissBankBank 2

Depuis plusieurs mois, nous travaillons sur notre livre sur l’économie circulaire. Issu de nos expériences et des outils développés, ce livre permettra aux parties prenantes (entreprises, collectivités, associations, citoyens) de :
mieux comprendre les enjeux induits par l’économie circulaire
améliorer les activités économiques tout en les conciliant avec la Nature
initier des process et co-concevoir des produits et services circulaires

Composé de cas pratiques, de nombreux exemples et d’outils, ce livre d’environs 200 pages permettra aussi bien aux novices de saisir les opportunités de l’économie circulaire et, aux plus initiés, d’utiliser les outils, les techniques d’enquêtes ou d’animations d’ateliers que nous avons développés au fur et à mesure pour aller plus loin dans leurs projets de valorisation ou d’éco-conception.

Il s’agît d’une première version qui sera amenée à connaitre, nous l’espérons, de nombreuses mises à jour, améliorations, ajouts et qui s’appuiera sur de nouvelles expériences, aussi bien les nôtres que celles qui seront relevées. Voilà pourquoi nous avons décidé de créer le Wiithaa Lab. Cet outil permettra à chaque personne qui a acheté le livre d’accéder à nos prochains cas pratiques, à notre veille sur le biomimétisme et le design et à nos prochains évènements et tests de nouveaux workshops.

Livre Activer l'économie circulaire

Pour différentes raisons, nous avons décidé d’auto-éditer ce livre, il sera disponible dans les prochains mois mais la question est de savoir combien de livres nous devrons imprimer. Vous avez une partie de la réponse puisque nous venons de lancer les précommandes sur KissKissBankBank. Commandez dès maintenant votre livre, valider votre accès au Wiithaa Lab et découvrez les autres contreparties pour permettre de toucher un maximum de personnes aux opportunités de l’économie circulaire.

  • 1
  • 2
  • 4

Qu’est-ce que l’économie circulaire ? Le design circulaire ? Dans cette rubrique, nous vous proposons des articles, rencontres, interviews ou encore des présentations pour comprendre et promouvoir cette économie circulaire et régénérative.

X